« Aucun délégué syndical ne peut accepter de cautionner une telle mascarade » : communiqué intersyndical SNUDI-FO 94, SNUipp 94, CGT’Educ’action 94 pour le report du CTSD

Lire la déclaration en PDF

«  Aucun  délégué  syndical  ne  peut  accepter  de  cautionner  une  telle  mascarade  !  »  

Les  organisations  syndicales,  SNUipp-­‐FSU  94,   SNUDI-­‐FO  94   et  CGT  Educ’Action   94  prennent  acte  de  la   convocation  en  urgence  d’un  CHSCTD  jeudi  après-­‐midi  à  la  suite  de  leur  courrier  intersyndical  du  23  mars.

Elles  seront  très  vigilantes  aux  conditions  de  tenue  de  cette  instance  et  aux  réponses  précises  que  les   représentants  de  l’employeur  apporteront.

Elles  considèrent  qu’il  est  indispensable  que  soient  prises  en  urgence  les  mesures  de  protection   indispensables  des  personnels,  en  particulier  :

-­  la  livraison  de  masques,  de  gel  hydroalcoolique  dans  toutes  les  écoles  qui  accueillent  les  enfants  des   soignants  et  des  personnels  de  l’aide  sociale  à  l’enfance,

-­  l’arrêt  immédiat  des  consignes  mettant  en  danger  les  enseignants  et  les  parents  en  leur  demandant  sous  des   prétextes  de  continuité  pédagogique,  préparation  de  la  rentrée  en  6ème  (Affelnet),  proposition  de  passages  …   de  rompre  le  confinement  en  sortant  de  chez  eux  pour  venir  dans  les  écoles  ou  divers  points  de  rencontre.

Elles  rappellent  les  raisons  qui  les  ont  conduites  à  demander  le  report  du  CTSD  prévu  le  27  mars;  impossibilité   de  recevoir  les  écoles,  arrêt  ou  difficultés  des  inscriptions  en  mairie  depuis  le  13  mars,  gestion  de  l’urgence   sanitaire  (accueil  des  enfants  de  soignants,  « continuité  pédagogique »,…).

Elles  ont  pris  connaissance  du  maintien  du  Ctsd  le  27  mars  dans  des  conditions  ubuesques  et  totalement   inacceptables  qui  viennent  de  leur  être  communiquées.   Le  CTSD  se  tiendrait  ainsi  sous  forme  de   « délibérations  à  distance »  par  envoi  de  mails  successifs,  sans  aucune  discussion  réelle  possible  au  motif  que   les  « difficultés  actuelles  sur  les  réseaux  de  communication  ne  nous  permettent  pas  de  garantir  une   organisation  sous  la  forme  d’une  visio  conférence  en  raison  du  nombre  de  connexions  nécessaires« .  Elles   constatent  que  la  direction  académique  qui  demande  aux  IEN  de  toutes  les  circonscriptions  d’organiser  des   réunions  en  visio  conférence  avec  les  directeurs,  aux  directeurs  de  tenir  des  conseils  des  maîtres  en  visio   conférence  avec  tous  les  adjoints  de  leur  école,  aux  enseignants  d’organiser  des  classes  virtuelles  avec  le   même  procédé  pour  leurs  élèves,  est  dans  l’incapacité  de  l’organiser  pour  les  10  délégués  du  personnel.

Les  représentants  des  organisations  syndicales  SNUipp-­‐FSU  94,  SNUDI-­‐FO  94  et  CGT  Educ’Action  94  ne   participeront  pas  à  une  parodie  d’instance.  Aucun  délégué  syndical,  soucieux  de  défendre  les  personnels,  de   respecter  le  mandat  qui  lui  a  été  confié,  ne  peut  accepter  de  cautionner  une  telle  mascarade  !  

Les  organisations  syndicales  SNUipp-­‐FSU  94,  SNUDI-­‐FO  94  et  CGT  Educ’Action  94  renouvellent  donc  leur   demande  à  madame  la  Directrice  Académique  que  soit  annulée  la  réunion  du  CTsD  du  27  mars  qui  ne  vise   qu’à  faire  entériner  104  fermetures  de  classes,  29  fermetures  de  dispositifs  100%  réussite,  ainsi  que  des   mesures  régressives  telles  que  le  fait  de  ne  plus  compter  les  UPEAA  dans  les  décharges  de  direction.  

Pour  les  mêmes  raisons,  nous  demandons  à  Monsieur  le  Préfet  et  à  Monsieur  le  Président  du  Conseil   Départemental  d’annuler  la  réunion  du  CDEN  du  31  mars.  La  FCPE  94  et  plusieurs  parlementaires  du  Val-de-  Marne  se  sont  d’ores  et  déjà  associés  à  cette  demande.  

Les  organisations  syndicales  SNUipp-­‐FSU  94,    SNUDI-­‐FO  94  et  CGT  Educ’Action  94  ne  peuvent  accepter  que   le Ministre  et  ses  représentants  utilisent  la  crise  sanitaire  actuelle  pour  infliger  aux  personnels  de  nouvelles   remises  en  cause  de  leurs  droits  et  de  leurs  conditions  de  travail  et  ne  participeront  pas  à  des  instances  qui   ne serviront  qu’à  les  entériner.  

Elles  demandent  solennellement,  qu’au  vu  de  la  situation  exceptionnelle  actuelle,  toutes  les  fermetures  de   classes  et  de  postes  envisagées  soient  abandonnées.  

Créteil  le  25  mars

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.