Valenton : communiqué commun après l’audience à la préfecture du 8 décembre – Rassemblement jeudi 16.12 à 12h

Le communiqué en PDF pour impression

Communiqué commun après l’audience à la préfecture du 8 décembre

Valenton : gagnons le retrait du projet de Cité éducative !

Rassemblement jeudi 16 décembre 

à 12h devant la mairie de Valenton

Une délégation composée d’une collègue enseignante de Valenton et de représentant.e.s de la FSU, de la FNEC-FP FO, et de la CGT, a été reçue par le préfet délégué à « l’égalité des chances » mercredi 8 décembre.

La délégation a porté le mandat de l’assemblée générale de grève, explicité en détail les raisons de notre mobilisation, demandé le retrait du projet de cité éducative à Valenton et en conséquence réaffirmé que nos organisations syndicales refuseraient de participer aux différents groupes de travail visant à sa mise en œuvre.

Elle a développé les arguments suivants :

  • Plus de 75 % des enseignant.e.s écoles et collèges de la ville ont fait grève jeudi 2 décembre pour le retrait  du projet de cité éducative à Valenton ;
  • Les cités éducatives font partie d’un ensemble de mesures visant à remettre en cause l’existence de la carte des REP et au-delà le caractère national de l’école publique ;
  • La Cité éducative prévoit une véritable mise sous tutelle des écoles primaires par le principal du collège : ce que la mobilisation des enseignant.es et des parents avait obtenu en 2019 avec le retrait par la grande porte des EPSF de la loi Blanquer, le ministre tente de le faire revenir par la fenêtre avec les Cités éducatives !
  • Les enseignant.e.s du premier degré refusent que les postes de directeurs d’école soient profilés au mouvement ; ils souhaitent que l’IEN, garant de l’application des textes nationaux, reste leur supérieur hiérarchique.
  • Les enseignant.e.s refusent de se retrouver sous la tutelle d’une troïka composée du principal de collège, du Maire et du préfet. Avec la Cité Educative, ce n’est plus l’école qui est au centre des apprentissages, mais les « Territoires apprenants » dont l’école n’est qu’un des « partenaires ».
  • Les enseignant.e.s demandent des moyens supplémentaires pour l’Ecole publique et en particulier les REP (recrutements d’enseignant.e.s pour baisser les effectifs et remplacer les enseignant.e.s absent.e.s, recrutements de médecins scolaires, de psychologues scolaires, d’enseignant.e.s spécialisé.e.s membres du RASED).
  • Les enseignant.e.s refusent l’intervention d’officines privées dans les établissements scolaires, ils souhaitent rester les seuls responsables de l’enseignement destiné à leurs élèves.

Le préfet a répondu qu’il relayerait nos inquiétudes concernant le profilage des postes de directeurs.trices et l’absence de l’IEN dans la « troïka » dirigeant la cité éducative.

Cependant, lorsque la délégation lui a demandé a minima de surseoir à la mise en place de la cité éducative de Valenton, compte-tenu du climat tendu entre la municipalité d’une part et les enseignant.e.s et les parents d’autre part, le préfet a répondu qu’il serait dommage que les élèves de Valenton ne bénéficient pas des  subventions octroyées par le gouvernement pour ce dispositif.

De son côté, le Maire de Valenton semble décidé à passer en force contre l’avis des enseignants et des parents ; il n’a pas respecté son engagement de recevoir une délégation intersyndicale cette semaine, nous proposant de ne nous recevoir que le 17 décembre à 19H30 alors que les congés scolaires auront déjà commencé !

  • Face à l’obstination du Maire,

  • Face à son refus de recevoir une délégation intersyndicale avant les vacances,

  • Pour réaffirmer notre exigence du retrait du projet de cité éducative à Valenton,

 

Nous vous proposons de nous rassembler à nouveau

jeudi 16 décembre à 12H devant la mairie

afin d’exiger qu’une délégation soit reçue par Monsieur le Maire.

 

Nous vous proposons également de diffuser massivement aux parents d’élèves une lettre appelant à ce rassemblement.

 

Lettre aux parents

Chers parents,

La majorité des enseignants du primaire et du secondaire de la ville de Valenton  était en grève le jeudi 2 décembre pour exiger du Maire qu’il abandonne son projet de cité éducative.

Une « cité éducative » n’est pas un simple label. Elle entraîne une transformation radicale du fonctionnement des écoles, remettant en cause l’Ecole républicaine, le cadre national de l’école publique et le statut national des enseignants. Les écoles et collèges des quartiers prioritaires seraient regroupés, et pilotés par le chef d’établissement d’un collège avec une autonomie de gestion et de budget, tout cela sous la tutelle de la municipalité et du préfet. Ainsi, la cité éducative ouvre la voie à une école à deux vitesses sans garantie de moyens à long terme. Ce dont nous avons besoin, ce sont  de moyens alloués aux écoles qui scolarisent les enfants des classes populaires comme c’est le cas à Valenton, pas de projets inutiles imposés aux enseignants à d’autres fins que les apprentissages de nos élèves !

En ayant déposé un projet de Cité Éducative sans consulter ni parents, ni enseignant.e.s, en ayant refusé l’accès d’une réunion publique à des représentants syndicaux mandatés par leurs collègues pour les représenter, et en maintenant son projet malgré l’opposition de la quasi-totalité des enseignants de la ville, des écoles comme des collèges, M. le Maire opère un véritable déni de démocratie.

Nous refusons, en très grande majorité, la constitution de cette cité éducative. Nous l’avons exprimé par une pétition intersyndicale, dans des assemblées générales massives, lors de deux rassemblements et enfin par la grève !

Grâce à la mobilisation, nous avons été reçus le 8 décembre par le préfet à l’égalité des chances qui nous a écouté.

À ce jour, M. le Maire n’a pas tenu son engagement de nous recevoir avant le début des vacances scolaires.

Nous appelons une nouvelle fois parents et enseignant.e.s à :

 se rassembler massivement devant la mairie

jeudi 16 décembre à 12H

afin d’exiger qu’une délégation soit reçue pour demander  le retrait du projet de cité éducative à Valenton.

Pour nous, pour vos enfants, nos élèves, nous ne pouvons accepter cela ! L’Ecole publique ne peut être que nationale. L’Ecole publique républicaine, c’est l’égalité des droits des élèves et des personnels !

Les enseignants de Valenton avec leurs syndicats FSU FO CGT et SNALC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.