La DSDEN annonce finalement la prolongation des contrats des enseignants contractuels jusqu’au 31 mai

Le communiqué du SNUDI-FO 94 en PDF pour impression

Mardi 2 mars au matin, les IEN du département étaient informés par un mail de la DSDEN que, finalement, les contractuels seraient reconduits jusqu’au 31 mai. Depuis ce matin, nos collègues contractuels sont rappelés par le pôle remplacement pour leur donner cette information et les affecter dans les écoles.

Le SNUDI-FO 94 rappelle que, saisi par des collègues restés sans aucune information, il est intervenu depuis le début du mois de février pour exiger que tous les enseignants contractuels dont le contrat arrivait à terme le 28 février, soient prolongés jusqu’à la fin de l’année scolaire. Dimanche soir, le syndicat alertait la Direction académique sur la situation très problématique qu’allaient connaitre plusieurs écoles du département le jour de la rentrée, en l’absence de remplaçants et de prolongation des contrats.

Des dizaines de classes sans maître lors de la rentrée du 1er mars

Ainsi le jour de la rentrée, lundi 1er mars au matin, à l’élémentaire Paul Bert B de Chevilly-Larue, les élèves de 3 classes pris en charge ces dernières semaines par des contractuels, se retrouvaient une nouvelle fois sans enseignant. A la maternelle Elisa Lesourd de Fontenay, ce sont les élèves de 4 classes qui ont du être répartis sur les 5 autres. Pareillement à la maternelle Anatole France de Champigny, située en REP+, dans laquelle deux enseignants sur six étaient non remplacés … On pourrait égrainer ainsi ces situations, loin d’être isolées, en considérant le nombre de classes sans enseignants le jour de la rentrée (23 à Boissy-Saint-Léger, plus d’une vingtaine sur la circonscription de Vitry II, …).

Et dans le même temps…

Dans une école de Valenton, où l’on dénombrait trois enseignants absents non remplacés, les collègues contraints d’accueillir jusqu’à 13 élèves supplémentaires dans leur classe, mais par contre il y avait cinq remplaçants affectés pour la mise en œuvre d’une animation pédagogique sous la forme de constellation… Des classes sans maîtres et les remplaçants affectés sur les constellations que le Ministre tente d’imposer aux collègues…

Lors du Comité Départemental de l’Education Nationale

Lors du CDEN du 1er mars au matin, le SNUDI-FO 94 est intervenu à plusieurs reprises sur cette situation insupportable : « Cette situation catastrophique n’est pas le fruit du hasard mais la conséquence directe du refus du Ministre d’accorder des moyens supplémentaires pour faire face à la pandémie et de répondre à notre exigence d’un véritable plan d’urgence de recrutement massif d’enseignants pour assurer les remplacements et diminuer les effectifs dans les classes tout en maintenant l’ensemble des heures de cours pour les élèves. Alors que les protocoles exigent de limiter les brassages, les écoles sont placées dans une situation totalement insupportable où il n’y a jamais eu aussi peu de remplacements assurés et autant d’élèves répartis dans les classes et donc de brassage imposé. (…) Madame la Directrice Académique, nous vous demandons de décider la prolongation immédiate des contrats de nos collègues jusqu’à la fin de l’année scolaire. »

Cette demande de renouvellement des contrats a aussi été reprises par les représentants des autres syndicats et des associations de parents.

Madame la Directrice Académique et Monsieur le Secrétaire Général ont opposé qu’ils n’avaient pas l’autorisation du Ministère ni du Rectorat pour que les contrats soient renouvelés, ni même les moyens pour le faire. Allant même jusqu’à annoncer que les remplaçants seraient redéployés pour que certaines écoles n’aient « pas trop d’absences en même temps » !

Le SNUDI-FO 94 a immédiatement fait état de ces réponses inacceptables auprès des écoles et des collègues.

Les enseignantes de la maternelle Elisa Lesourd à Fontenay décident la grève

Les enseignantes de l’école maternelle Elisa Lesourd à Fontenay se sont réunies et ont décidé la grève. Elles ont toutes immédiatement envoyé leurs déclarations d’intention pour jeudi 4 et vendredi 5 mars. Les familles ont été prévenues et une assemblée commune parents/enseignantes convoquée. Le SNUDI-FO 94 a demandé une audience en urgence à la DSDEN.

Ce qui était impossible le lundi 1er mars est donc devenu possible le 2 mars à la suite de la mobilisation engagée et de l’intervention du syndicat, puisque le mardi 2 mars à 14h, le SNUDI-FO 94 recevait le mail suivant : « Suite à votre demande d’audience au sujet de l’école maternelle Elisa Lesourd de Fontenay-sous-Bois, je vous informe que la question du remplacement des 4 enseignants manquants a été réglée ce jour. Aussi, l’audience n’a plus lieu d’être. Les services de la DSDEN restent disponibles pour tout complément d’information. Cordialement, LE SECRETARIAT GÉNÉRAL – DSDEN 94 »

Le SNUDI-FO 94 invite les collègues à saisir le syndicat de toutes les situations de non remplacement, à informer les familles et à discuter de la grève.

Il invite également les collègues contractuels à se regrouper avec le syndicat pour défendre leurs droits et obtenir la prolongation de leur contrat jusqu’à la fin de l’année scolaire ainsi que leur titularisation.

Le syndicat propose aux enseignants contractuels de participer
à une réunion syndicale en visioconférence le mercredi 10 mars à 16h30
(s’inscrire en cliquant sur le lien ici).

Créteil, le 2 mars 2021 à 17h

Vœu pour un plan d’urgence adopté par le CDEN

Votes Pour : FO (3 voix), FSU (2 voix), CGT (1voix) FCPE (5 voix) et PEEP (1voix) – le SE-UNSA a refusé de prendre part au vote

De nombreux élèves de maternelle et d’élémentaire n’ont pas eu classe pendant plusieurs semaines. Dans la quasi-totalité des collèges et des lycées, il y a des remplacements non pourvus depuis des mois, parfois depuis début septembre, et de nombreux élèves sont privés d’enseignement, souvent dans plusieurs disciplines à la fois, alors que des centaines de contractuel-les attendent toujours d’être réembauché.e.s depuis début septembre.

Face à la dégradation de la situation sanitaire, dans l’intérêt des élèves, des personnels et des familles, le CDEN exige qu’un véritable plan d’urgence soit immédiatement mis en œuvre dans le Val-de-Marne avec :

· Un plan de recrutement massif d’enseignant.e.s, d’AESH et de personnel administratif permettant notamment l’allègement des effectifs dans les classes avec le maintien de la totalité des heures d’enseignement dues aux élèves.

· En complément, le recrutement immédiat de l’ensemble des candidat.e.s aux concours inscrit.e.s sur listes complémentaires, afin de pourvoir immédiatement au remplacement des personnels vulnérables ou malades, en particulier les enseignant.e.s et les AESH.

· Le réemploi de tout.e.s les contractuel.le.s, la prolongation de leur contrat jusqu’à la fin de l’année scolaire et leur titularisation.

· La fourniture de masques en quantité suffisante à l’ensemble des personnels et des élèves.

· Un haut niveau d’exigence dans l’entretien et la désinfection des locaux.

· La réquisition et l’aménagement de nouvelles salles de classe.

· Une véritable politique d’éviction des élèves et personnels concernés, lorsqu’un foyer épidémique se déclare au sein d’une classe ou d’un établissement et une campagne systématique de tests organisés dans tout.e.s les écoles et les établissements sur temps scolaire par les personnels dont ce sont les compétences.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.