JUPITER REND FOUS CEUX QU’IL VEUT PERDRE !

« QUOS VULT PERDERE JUPITER DEMENTAT »

« Quand Jupiter veut perdre un homme, il lui ôte la raison »

Alors que dans le Haut-Rhin les responsables des associations de parents d’élèves tirent la sonnette d’alarme en constatant que « dans les familles défavorisées qui ne possèdent pas tous les outils numériques chez elles, le coronavirus s’est propagé à cause de l’injonction à poursuivre les cours scolaires à distance. Obligées de récupérer ou distribuer physiquement des documents, des parents et des enseignants se sont infectés. » (cliquer sur le lien pour lire l’article) …. Les directeurs d’écoles du Val-de-Marne reçoivent, mardi 24 mars en fin d’après-midi, sur leur boîte mail d’école, un courriel signé de madame la Directrice Académique dans lequel ils sont invités à se mettre en danger et à mettre en danger les familles en leur demandant de ne pas respecter les consignes sanitaires de confinement :

« Pour les représentants légaux ne disposant pas d’accès internet, il est possible d’organiser un point de retrait individualisé à l’accueil de l’école en respectant les mesures de sécurité actuelles. La mise à disposition du document, sous enveloppe cachetée, disposée au préalable sur une table accessible au représentant légal, avec heure de retrait unique pour limiter les contacts peut être prévue. Le représentant légal pourra ensuite remettre le document dans la boite aux lettres de l’école. Il est important de rappeler aux représentants légaux de se munir de leur attestation de circulation. »

Ce courriel fait suite aux déclarations ministérielles, au courrier du Recteur, à de multiples suggestions d’IEN (lire en bas de page le courrier adressé par le SNUDI-FO 94 à une IEN du département), mais qui toutes aboutissent à demander aux directeurs d’être présents physiquement dans leurs écoles et à les inciter à faire déplacer des familles au mépris des consignes sanitaires.

De nombreux collègues, choqués par ce dernier courriel, ont adressé, au SNUDI-FO 94, leurs réactions que nous livrons à tous :

-« La « continuité pédagogique » est-elle devenue plus importante que la vie des enseignants et des parents ? »

– » Ils continuent ! C’est sur concours ! »

-« Non, cette fois ci, c’est fini. Je boycotte Affelnet, qu’ils se débrouillent sans moi. Où est la santé des personnels ? Ils veulent que les Directeurs tiennent des permanences dans les écoles ? En jouant avec leur propre santé ? En pleine pandémie ? Ils sont inconscients ! Ils jouent avec notre vie !!! »

-« On nous réduit encore les décharges, disparition des UPE2A des classes, et on devrait accepter de remettre aux parents des documents papier qu’il faudrait récupérer bien entendu pour ONDE ? Toutes ces opérations sont susceptibles de transmettre le COVID19. Il est impératif d’appeler au boycott ou au report d’Affelnet. Pas de transmission papier en période de confinement. »

-« Les apprentis sorciers de l’IA n’ont qu’à le faire eux-mêmes. »

Le SNUDI-FO 94 rappelle que :

-les directeurs d’école sont des PE. Ils ne sont pas chefs d’établissement.

-AFFELNET ne fait absolument pas partie de nos obligations de services ni de notre fonction définie par le décret du 24 février 1989.

-le courriel précise bien qu’il s’agit d’une possibilité : il n’y a donc aucune obligation de se mettre en danger et de mettre en danger la santé de nos parents d’élèves.

Le SNUDI-FO 94 appelle les directions d’école élémentaire à faire preuve de raison, à respecter les consignes sanitaires de confinement, à ne pas inciter les parents d’élèves à sortir de chez eux et à ne pas mettre en oeuvre cette possibilité.

A la suite du courrier commun adressé ensemble à la DASEN par le SNUDI-FO 94, le SNUipp-FSU 94 et la CGT Educ94, celle-ci vient (enfin!!!), de convoquer un CHSCTD consacré à la crise sanitaire du CORONAVIRUS. Nous ne manquerons pas d’aborder ces problèmes et rendrons compte très précisément des réponses que nous obtiendrons.

Nous aborderons aussi les conditions désastreuses dans lesquelles les volontaires accueillent les enfants de soignants et ceux des personnels de l’aide sociale à l’enfance. Nous invitons les collègues à résister et à s’opposer à toute tentative de procéder à des regroupements supplémentaires de ces lieux d’accueil qui conduiraient à augmenter encore plus les risques de contagion. Nous invitons tous les collègues à prendre connaissance de l’article paru dans le café pédagogique au sujet des conséquences de l’absence de protection, en particulier de masques :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/03/24032020Article637206685147524437.aspx

Ci dessous le courrier adressé à une IEN du département

 

———- Forwarded message ———
De : snudi fo94 <94snudifo@gmail.com>
Date: lun. 23 mars 2020 à 17:42
Subject: protection et droit des personnels face à la pandémie

Luc BENIZEAU

Secrétaire départemental

À

Madame l’Inspectrice de la circonscription de ….

Créteil, le 23 mars 2020

Madame l’Inspectrice,

C’est avec beaucoup d’étonnement, voire même avec beaucoup de sidération, que nous avons pris connaissance d’un message de votre circonscription adressé aux personnels enseignants leur demandant de réfléchir à la mise en place de points-relais dans les écoles pour accueillir les familles, qui en l’absence de matériel informatique, devraient se déplacer pour venir chercher des documents papier fournis par les enseignants pour assurer la continuité pédagogique.

Ainsi vous proposez d’accueillir ces familles sur les écoles-site d’accueil, ou dans chaque école avec rdv par classe (sic), tout ceci avec mise en place d’un protocole permettant de respecter les gestes barrières !

Alors que les personnels de santé eux-mêmes ne cessent de lancer des cris d’alarme pour que la population prenne au sérieux l’étendue de la pandémie et que le confinement devienne la règle absolue, alors que dans les crèches et les centres de loisirs qui accueillent les enfants des personnels hospitaliers, il est interdit à toute personne, même aux parents, de pénétrer dans les locaux dédiés, alors que les experts préconisent le port d’un masque pour toute sortie extérieure, afin non seulement de se protéger mais aussi d’assurer la protection des autres personnes,  vous demandez aux agents qui sont censés être sous votre protection d’aggraver leur exposition face à cette pandémie ?

En effet, comment pouvez-vous assurer qu’il sera procédé, par les Mairies, au nettoyage approfondi et à la désinfection des locaux préalable à l’ouverture de chaque école ?

Comment pouvez-vous être assurée de trouver « un lieu stratégique, accessible et à l’abri », donc sans danger potentiel, pour assurer les échanges avec les familles ?

Comment pouvez-vous faire prendre le risque de démultiplier les possibilités d’attraper le virus alors même que nombre de collègues en sont déjà porteurs après s’être portés volontaires pour accueillir les enfants des personnels soignants ?

Par ailleurs, vous demandez aux directions d’école de remplir un tableau rendant compte de l’organisation pédagogique individuelle de chaque enseignant. Cette demande ne repose sur aucune base réglementaire et statutaire, les directeurs d’école ne sont ni chefs d’établissement, ni supérieurs hiérarchiques, ils n’ont donc aucune obligation de rendre compte de l’organisation pédagogique de leurs adjoints pendant cette période de confinement forcée.

Pour le SNUDI-FO, faire preuve de pragmatisme, c’est faire preuve de sagesse, c’est aussi de cesser de culpabiliser ou de faire pression sur les personnels enseignants. Faire preuve de pragmatisme c’est simplement assurer leur protection en leur demandant de rester chez eux afin de garantir leur sécurité et leur santé.

Certains de votre écoute, nous vous assurons, Madame l’Inspectrice, de notre profond dévouement à la défense des droits et garanties statutaires des personnels.

P/Le SNUDI-FO 94

Luc Bénizeau

Secrétaire départemental

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.