RYTHMES SCOLAIRES DANS LE 94 : les quatre jours officialisés dans 45 communes (sur 47) par le CDEN du 16 février 2018.

Le CDEN du 16 février avait aussi à son ordre du jour les rythmes scolaires. Aux 14 communes qui fonctionnent depuis la rentrée sur 4 jours sur 36 semaines, se sont ajoutées 31 autres communes qui demandent une dérogation pour avoir ce rythme à la rentrée prochaine. Sur les 47 communes du département, seules deux communes Maisons-Alfort et Vincennes refusent pour le moment de passer à 4 jours. La DASEN a confirmé qu’un CDEN se tiendrait en fin d’année scolaire et que celui-ci pourrait examiner les demandes éventuelles de ces 2 communes. Rien n’est donc acté pour les écoles de Maisons-Alfort et de Vincennes.

Suite à l’intervention du représentant du SNUDI-FO 94, seules les 31 modifications des rythmes (toutes pour 4 jours) ont été soumises au vote. Le CDEN a donc approuvé très largement ce passage à 4 jours pour les écoles de ces communes (les 10 représentants des personnels 4 FO, 3 FSU, 2 UNSA et 1 CGT ont notamment voté pour avec plusieurs élus. Seuls le représentant de la FCPE et celle de la PEEP ont voté contre).

Un voeu commun demandant l’intervention de la DASEN et du préfet auprès des maires de ces 2 communes pour que leurs écoles fonctionnent aussi à 4 jours a été adopté par le CDEN.

Le représentant du SNUDI-FO 94 a interpelé la DASEN : « le CDEN du Val-d’Oise vient de se tenir hier. A la suite de la grève des enseignants de Cergy et de la délégation intersyndicale (FO, FSU UNSA, CGT) auprès du DASEN, le DASEN du Val-d’Oise a appelé le maire de Cergy et lui a demandé de prendre en compte l’exigence des enseignants et des conseils d’écoles de la ville. Une solution a été trouvée (lire l’article de presse). Et les écoles de Cergy fonctionneront à 4 jours l’année prochaine. Madame la Directrice Académique, ce qui est possible dans le 95 peut et doit être possible dans le Val-de-Marne pour Vincennes et Maisons-Alfort. Les enseignants de ces 2 communes ont fait grève à 90% pour que leurs écoles fonctionnent sur 4 jours, comme toutes les autres écoles du département. C’est la demande validée par la quasi-totalité des conseils d’écoles de ces 2 communes. Les représentants de l’Etat ne peuvent accepter que l’organisation et le fonctionnement de l’école publique laïque et Républicaine dépendent maintenant des résultats de sondages locaux ! »

Soulignons que, comme le rappelle la résolution adoptée par l’assemblée annuelle des DDEN du 94, (…) dans le préambule de la Constitution de 1946 il est inscrit : « La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État. »

Bruno Chiche, représentant du SNUDI-FO 94, remettra à la DASEN, à l’issue du CDEN, les signatures de la quasi-totalité des enseignants de Maisons-Alfort et de Vincennes sur le voeu intersyndical (récoltées en 48h et amenées en délégation par des direction d’école de ces villes) ainsi que près de 1000 signatures de parents de Vincennes pour les 4 jours.

Plus que jamais tous ceux qui ont à cœur la défense de l’école publique républicaine, donc de son unité permettant de respecter l’égalité des droits des élèves et des personnels interviendront pour que l’Etat, qui est encore responsable de l’Education Nationale, prenne ses responsabilités et ne laisse pas les sondages locaux décider de l’organisation des écoles publiques, et permettre ainsi que les 37 écoles de Maisons-Alfort et de Vincennes (25 et 12) fonctionnent sur le même rythme que les 580 autres écoles du département.

A relire absolument la résolution du congrès du SNUDI-FO 94 du 30 mai 2017 lançant la campagne pour les 4 jours pour tous.

A revoir et à réécouter la déclaration du SNUDI-FO 94 au CDEN au 13 juillet (en vidéo) avec le dépôt des 2500 signatures de collègues pour les 4 jours pour tous. « (…) Le SNUDI-FO rappelle que la mobilisation sans précédent des enseignants, entraînant le plus souvent les parents, a amené les 47 Maires et conseils municipaux du département à refuser de mettre en œuvre le décret sur les rythmes scolaires à la rentrée 2013. Ainsi, en 2013/2014, en résultat de cette mobilisation, toutes les écoles du département, tous les élèves et tous les enseignants du département ont conservé les 4 mêmes jours de travail sur 36 semaines. (…) Face à la tentative de territorialiser notre école publique, qui signifie l’éclatement de l’Education Nationale, les collègues de notre département comme ceux de tous les autres départements se rassemblent et sont en train d’imposer le rétablissement d’une norme unique 4 jours sur 36 semaines. »

Indispensables à lire aussi, le communiqué national du SNUDI-FO sur les rythmes et les dernières informations concernant les principales villes de France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *